Qui sommes-nous

Le besoin d’une ressource jeunesse territoriale a été confirmé à plusieurs reprises, entre autre lors du colloque sur la désintégration sociale. Une étude, menée par le Centre de recherche de l’Université Laval, atteste pour sa part que l’exode des jeunes est principalement causée par trois facteurs : le manque d’emplois et la faible qualité de vie et le manque d’activité socio-culturelles pour les jeunes de 12 à 17 ans.  Un tel bilan ainsi qu’une cote de « désintégration » du Conseil des Affaires Sociales et de la famille confirment que notre territoire subit un fort exode des jeunes.  Suite à ce constat, nous avons décidé, appuyé massivement par les membres de la Table de concertation régionale du milieu, d’incorporer une maison des jeunes régionale du HSF et présenter une demande (no. 02511) au MSSS pour 1991, 1992 et 1993.

Animation Jeunesse du Haut-Saint-François est une nécessité. L’idée d’une maison des jeunes décentralisée et répartie dans les villages du HSF, fait son chemin parmi les organismes « jeunesses »  de notre région depuis 1988.  À ce jour, ces démarches se sont avérées infructueuses auprès du MSSS. Il faut noter que ce concept a pris forme en 1991 grâce à la participation financière du CLSC, du Syndicat des Enseignants de l’Estrie, de Centraide Estrie et de la Régie régionale de la santé et des services sociaux.

Maintenant incorporé et publicisé sous l’appellation ANIMATION JEUNESSE DU HAUT-SAINT-FRANÇOIS, l’organisme œuvre quotidiennement pour le bien-être des jeunes de 12 à 17 ans.

 

MISSION

Opérer une corporation sans but lucratif pour briser l’isolement des jeunes de douze (12) à dix-sept (17) ans.

Promouvoir la place des jeunes au sein de la collectivité et intervenir à titre préventif au niveau des différentes problématiques que vivent les jeunes.

 

OBJECTIFS

 

Prévenir les problèmes auxquels sont confrontés les jeunes, en organisant des programmes structurés dont l’objectif consiste à résoudre les problèmes liés à la délinquance, la toxicomanie, l’alcoolisme, la dépression, le suicide et les infections transmises sexuellement et par le sang (ITSS).